Ségolène Royal et les surendettés

on 16 août 2011 | 8 Comments

Je n’ai pas l’habitude de réagir à chaud à des propositions de candidats à la présidentielle sur ce blog, mais ce sujet que j’ai déjà abordé par le passé me semble primordial : l’endettement.

Ségolène Royal

Nous souffrons dans notre modèle économique d’un endettement massif de la part de tous les acteurs de l’économie : État, entreprises, particuliers. Lorsqu’un pays comme le nôtre voit sa production diminuer, ses ménages sont de plus en plus amenés, pour maintenir leur train de vie et leur consommation, à emprunter, à s’endetter. Parfois, l’endettement est tel qu’il ne sert plus à des investissements mais au paiement des charges courantes : c’est le surendettement.

Une candidate à la primaire socialiste, Ségolène Royal, a déclaré sur RMC qu’elle était favorable, comme elle l’a fait dans sa région, pour lutter contre le surendettement, à des prêts publics gratuits. Ceux-ci seraient destinés « aux familles (…) pour faire face à un coup dur ». Cette mesure n’est évidemment pas la seule proposée par Ségolène Royal, qui propose également l’interdiction des publicités pour organismes de crédit ainsi que le non prélèvement d’agios lorsque les comptes étaient dans le vert les quinze premiers jours du mois.

Autant je ne peux qu’applaudir à une mesure qui verrait la suppression des publicités pour ces organismes, autant je suis dubitatif vis-à-vis des autres mesures. Lutter contre les taux d’usure est salutaire, mais proposer du crédit gratuit aux gens n’est-il pas justement un moyen d’aller encore vers plus d’endettement ?

De plus, de nombreuses personnes considèrent, comme moi, qu’un crédit gratuit c’est de l’argent offert. Même si on n’en a pas besoin, il faut le prendre : quitte à le placer directement sur un livret A et bénéficier des intérêts. Aussi, je reste persuadé que face à une telle possibilité, la majorité des gens choisiront d’en bénéficier automatiquement sans forcément en avoir besoin. Le jour du coup dur arrivant, ils auront épuisé cette possibilité et se trouveront à nouveau en difficulté.

Pour finir, je dirai que le surendettement n’est bien souvent pas tant le fait d’un coup dur mais d’une frénésie dictée par notre société de consommation. Les gens surendettés le sont car on les a incités s’équiper de biens promis via la publicité et que leurs revenus ne permettent pas d’acquérir. J’y reviendrai, mais s’attaquer à la publicité est peut-être une solution…

Photo Mousse / Abaca sur lepoint.fr

Etiquettes :

Recent Posts

8 Responses to “Ségolène Royal et les surendettés”

  1. 16 août 2011

    intox2007 Répondre

    crédit sans interets , c’est contre Sofinco & Cetelem et autres avec leur TEG à 19% au bout de 4 mois, et credit qui ne se rembourse plus jamais avec le piège des « petites mensualités ».

    Et t’as raison c’est la publicité le problème : celle de ces banksters à revolving qui ne précise pas ce qui se passe si on tarde à rembourser ou qu’on demande des petits mensualités… Sans compter l’obscolèscence programmée des appareils ménagers , l’explosion des frais bancaires, des coûts de services autrefois gratuits etc.. Bref toute une inflation planquée.

  2. 16 août 2011

    RichardTrois Répondre

    Oui et non, l’augmentation de l’endettement des ménages n’est pas uniquement liée à une surconsommation frénétique.

    Depuis plusieurs années, avec l’augmentation des loyers, des produits de consommation courantes, des carburants, etc… des familles finissent par ne plus pouvoir joindre les 2 bouts. Et pour elles, la voiture ou la chaudière qui tombe en rade, etc … devient un coup dur dont il est difficile de s’extraire.

    Ségolène Royal rappelait justement que 15 millions de Français finissent le mois à 50 euros près. Cf cet article d’Intox2007 :

    http://intox2007.info/?p=1906

  3. 16 août 2011

    RichardTrois Répondre

    J’ajouterais aussi qu’évidemment il ne peut s’agir d’offir du crédit gratuit à qui le demande. Mais de tirer parti des expériences multiples de micro-crédit.

    • 16 août 2011

      Custin Répondre

      Évidemment, l’objet de mon billet était de rappeler qu’un crédit offert à tous sans conditions était risqué.
      En outre, je suis d’accord avec toi, tout endettement n’est pas dû à une surconsommation. Mais le surendettement, si, et en très grande majorité. En tout état de cause, l’endettement pour couvrir les dépenses courantes ne peut pas être une solution.

  4. 16 août 2011

    intox2007 Répondre

    je précise à 365mots que j’ai eu 2 dossiers de surendettement sur le dos. je suis donc noté AAA+ par les agences de notation : zero dettes ou alors très peu, et elles se résolvent toutes seules et ZZZ- par les banques :p

  5. 16 août 2011

    Didier Répondre

    La publicité a, je pense, bien plus d’avantages que d’inconvénients. Sans elle, bien moins de vente et donc de personnes qui gagnent de l’argent. Après, il faut un cadre et limiter les abus et les fausses promesses.

    Pour moi, le surendettement est un problème d’éducation (encore une fois). Il est nécessaire d’apprendre la frustration de ne pas avoir tout ce que l’on veut. Soit quand on est enfant, soit adulte mais dans ce cas il nécessaire d’aider les gens à s’en sortir (au moins une fois) et là, la solidarité nationale doit opérer. La propositions de prêt gratuit me parait alors aller pour ça dans le bon sens.

  6. 16 août 2011

    Ladyapolline Répondre

    Ségolène Royal raconte des histoires : En effet, depuis la loi d’orientation pour la lutte contre les exclusions du 29 juillet 1998 ces prêts existent déjà : il s’agit des prêts à taux 0 que le FSL, le Fonds social pour le Logement, peut consentir des prêts à taux 0 à certains débiteurs de dettes locatives ou de prêts immobiliers, avec suspension des procédures d’expulsion ou de saisie immobilière, s’ils ont en train de